• Randonnée raquette en Finlande - Parc national de Hossa.

    Cette année ma sortie hivernale se déroule en raquette, et j'ai choisi pour pratiquer cette activité dans le grand nord européen. A la recherche de dépaysement et d'aventures, j'ai retenu un circuit d'une semaine dans le parc national de Hossa. Une région de lac et de collines à deux pas de la frontière russe, à un jet de boule de neige du cercle polaire.

    C'est dans un catalogue Chamina que j'ai trouvé ce circuit qui comblait mes envies de voyage arctique et de neige profonde, car mon petit groupe de ski de randonnée avec qui je n'ai pu partir depuis deux ans s'est dispersé sur d'autres activités et je ne suis pas sûr de ma forme pour retrouver le niveau nécessaire pour reprendre cette activité intense. 

    Je décide donc de partir du 3 au 9 mars, période où il fait encore suffisamment froid. Les guides indiquent que pour la région, la météo est défavorable car les températures sont de -14 la nuit et -4 la journée, sans compter le vent. Comme on approche de l'équinoxe, la durée du jour qui n'est  que de 4h en janvier avoisine désormais les 8/9 heures. 

     

    Avant de commencer, un petit mot sur la Finlande:

    340 000 km² (60% de la superficie de la France) dont 1/3 au delà du cercle polaire

    une population de 5.5 millions d'habitant (8% de la population de la France) et une densité < 1.9h /km² en Laponie. 

    75 % du territoire recouvert de forets, 188 000 lacs et autant d'îles et possède 2 300 000 saunas. 

    C'est une république parlementaire depuis 19717 et est membre de l'Union Européenne depuis 1995 et utilise l'Euro.

    Son président est Sauli Niinisto, réélu en 2018 pour un second mandat de 6 ans.

    Pour en savoir plus: https://www.touteleurope.eu/pays/finlande.html   et    https://www.visitfinland.com/fr/

     

      

    Le voyage avec Finnair prévoit un départ (A320) à 15h10 un posé à Helsinki à 19h00 et un décollage vers l'aéroport de Kuusamo en Embraer ERJ190 à 20h15 pour une arrivée à 21h30.   Il fait un froid glacial  (-23 °C) qui nous saisi avant d'atteindre la porte de l'aéroport. 

    Le temps de récupérer les bagages au pied du renne dans l'aéroport et de retrouver un groupe d'allemands et le chauffeur du bus, et c'est parti pour 1h de routes enneigées dans la province de l'Ostrobotnie du Nord (La province de Laponie se situe encore un peu plus au nord).  Nous arrivons dans notre chalet de Jarkonjärvi un peu avant minuit où nous attend Markus notre guide local. Une petite collation chaude avant de gagner nos dortoirs.

     

    Notre premier chalet est situé au bord du lac de de Jatkonjärvi  (Järvi = lac) au milieu du parc national de Hossa dans la province de Kainuu. Nous y resterons trois nuits. Nous sommes tout seuls dans le chalet, et il n'y a aucun personnel. Le guide nous souhaite la bienvenue (TERVETULOA en finlandais), donne les consignes inscrites au tableau (MTO, activité, N° téléphones,.. ), et si quelqu'un prend une bouteille de vin ou une bière, dans la cuisine, il met le montant dans la tirelire. 

      

    Notre salle de séjour est bien confortable avec un grand poêle à bois, avec une belle vue sur le lac gelé qui s'illumine aux premiers rayons du soleil. 

    Markus JOKINEN est notre guide (Polar star) pour toute la semaine et vit normalement du côté de Tampere. Il est guide vie désert arctique et instructeur d'immersion en forêt. Voir son site:   http://www.borealquest.com/

         

    Miranda                      Henriette                  Karin                        Monika                  Fréderike (Ike)                 Kristina                      Regine  

      

    Christian                    Philippe                 Thomas                      Camille                        Jacques 

    Notre petit groupe est constitué de  trois hollandaises, quatre allemandes et un allemand, et de quatre français et nous échangeons en anglais.

    Le guide a su dès le départ créer les conditions favorables pour des échanges conviviaux. Un groupe WhatsApp est mis en place pour échanger photos et partager les bons moments.

    (carte viewranger- NLS Finland) 

    Le parc national de Hossa s'étend sur 110 km² en bordure de la frontière russe. Crée en 2017, c'est le plus récent des 40 parcs nationaux finlandais.

    La carte ci dessus présente les 3 cabanes de notre voyage:

    1 Cabane  Jatkonsalmi au bord du lac JatkonJärvi 

    2 Cabanes Peurapirtti et Hirua Stupa au bord du lac Iso- Valkeainen

    3 Cabane Huosius Järvi et Likoski au bord du lac  Huosilampi 

     

    JOUR 1  La frontière russe

      

    Ce matin, après avoir choisi nos bottes fourrées, nous nous préparons à l'intérieur avant d'aller affronter le froid qui avoisine les -23 °C pour ce premier matin. Mais avec le soleil qui arrive, le froid est plus supportable.

    Nous prenons les raquettes, bâtons et sac à dos avec 1 litre de thé, sandwichs, avant de partir en minibus vers le point de départ de la randonnée. Après quelques kilomètres sur des routes enneigées sans âme qui vive, nous nous équipons pour une balade dans la poudreuse. 

     

    Nous quittons rapidement la route pour partir au cap sous la conduite de Markus. Ici, le GPS n'étant pas une valeur assez sure et les batteries n'aimant pas le froid, il navigue à la carte et boussole. Mais, comme on est tout près du pôle, la déclinaison magnétique actuelle est de 17° W. pas négligeable du tout.  

     

    Markus ouvre la trace dans une belle poudreuse, mais dès que l'on quitte les raquettes, on s'enfonce à mi-cuisses. 

    En arrivant sur le lac gelé, le guide nous montre les traces d'un glouton (Wolvérène - Wolferine), un mammifère de la taille d'un petit ours  25kg

    (voir photo le dernier jour). 

     

     l'autre extrémité du lac, on arrive sur la zone frontière avec la Russie. Interdiction formelle d'entrer dans le No Man's Land. C'est une frontière de l'Espace Schengen.

    Des panneaux et des bandes jaunes autour de arbres sont régulièrement visibles sur le chemin qui longe la zone interdite.

     

    C'est sur cette frontière  que se déroula la Guerre d'Hiver entre le 30 novembre 1939 et le 13 mars 1940. Les troupes russes franchissent la frontière au pretexte que la Finlande refuse de protéger Saint Petersbourg contre une attaque potentielle de l'Allemagne.  Les finlandais se défendent à un contre deux, mais les russes sont inexpérimentés dans des conditions hivernales dures (-40°C). Les russes essuient de lourdes pertes et négocient le traité de Moscou, mais gardent 10% du territoire finlandais (Carélie finnoise et quelques territoires dans le nord).

      

    Nous longeons la frontière quelque temps avant d'arriver à ce lac gelé

     

    Visiblement, d'autres groupes ont convergé vers ce lieu.

    Au bord du lac, une cabane effondrée est une véritable caverne d'Ali Baba, car on en extrait le kit complet pour BBQ et, comble du luxe: des sièges pliants. 

     

     

    Comme dans toutes les places à feu, un stock de bois de pin est prêt à être utilisé. Markus l'enflamme rapidement pendant que d'autres remplissent les deux bouilloires de neige pour préparer le café et le thé. Les sandwichs sont sortis du sac et mon œuf dur est gélè à cœur. Les saucisses sont grillées au feu de bois. Picnic arctique.

      

     

    Après ce tee break, nous poursuivons notre parcours dans une forêt alors que le soleil jaune atteint le fond de court. 

     

    Une belle lumière orangée éclaire la neige horizontalement, révélant de douces ombres bleues qui gagnent progressivement le sous-bois.  

     

     

    Le chemin s'élargit, alternant forêts de pins et clairières. 

       

     

    Nous retrouvons la route qui mène à nos véhicules alors que le soleil disparaît derrière l'horizon.

     

    Nous regagnons notre camp de base alors que le lac Jatkon est baigné par les dernières couleurs crépusculaires. 

     

     

    Après cette belle journée, nous rejoignons le sauna sur le bord du lac. Markus est déjà en bout du ponton pour dégager les 10 cm de glace qui se sont reformés à la surface de l'eau.

     

     

    Après un premier passage dans la chaleur du sauna, tout le groupe rejoint le trou dans la glace. 

     

     

     

     

     

    La descente est délicate car les marches de l'échelle sont couvertes de glace inclinée.  L'air est à -13°C et l'eau à 0°C. finalement c'est comme quand on se baigne dans le midi avec de l'eau à 20°C et l'air à 33°C.  Mais ici personne ne se prélasse sur la plage et préfère rejoindre la chaleur humide du sauna. Quelques uns se rouleront dans la neige avant de rejoindre la grande salle à manger pour un dîner bien mérité.

     

    JOUR 2  Peintures rupestres de Värikallio

     

     

    Ce matin aussi, départ en voiture pour se rapprocher de la zone de randonnée. Nous quittons rapidement la route pour s'engager dans une grande clairière, alors que le froid vif (-20) est compensé par le soleil. Et avec la marche la température est facilement supportable.

     

     

    Le parcours alterne des forêt denses et de grandes clairières ensoleillées. 

     

     

    les grands pins sibériens laissent volontiers passer la lumière. Les conifères, principalement pins et épicéas couvrent 80% des 230 000 km² de la foret finlandaise.

     

     

    le givre a couvert les aiguilles et les branches qui scintillent dans les rayons de soleil.

     

     

     

     

    Une petite pause au soleil, au bord d'un petit lac gelé est la bienvenue pour boire un verre de thé bien chaud.   

     

     

     

    Les photographes en profitent pour figer la scène et le décor. 

      

     

    la neige a été sculptée par le vent, laissant des bonnets blancs au sommet des petits épicéas.

     

    Le parcours devient un peu plus vallonné  

     

     

    Les lichens sont particulièrement résistants à une hygrométrie très faible pendant longtemps et à des températures extrêmes.

    Nous arrivons au bord de la rivière Somer qui forme ici un petit lac gelé, qui permet d'atteindre la passerelle menant au pied de la falaise. 

      

     

    Le bas de la falaise de Värikallio est couvert de dessins à l'ocre rouge parmi lesquels on identifie des animaux, des formes humaines stylisées et un chamane. 

    Ces peintures ont été réalisées il y a 3300 à 7000 ans, pendant l'Age de Glace. Ces têtes triangulaire sont la spécificité du site.

    une centaine de lieux de peintures rupestres sont répertoriés en Finlande. il sont situé principalement sur des lieux liés à l'eau et Varikallio, avec Julma-Ölkky situé à proximité sont  les plus septentrionaux, 

     

     

     

    Ce lieu un peu magique attire de nombreux groupes qui arrivent en traîneau à chien, à vélo ou en motoneige. 

     

     

    Le parc a aménagé ici une grande cabane ouverte avec un espace barbecue et des places à feu. Le stock de bois a été  préparé par le personnel du parc et mis à la disposition de tout le monde. Des toilettes sèches sont un peu à l'écart. 

      Pas un papier ne traîne  au sol et tout est bien rangé. D'autres groupes utilisent tables et bancs et nous optons pour une place à feu extérieure, au soleil.

     

     

    Markus en profite pour nous initier à la technique du feu: préparation du bois, lichens, champignons secs, écorce de bouleau. L'allumage se fait par une pierre à feu (acier et magnésium) qui délivre de grosse étincelles très chaudes en la frottant avec le dos du couteau.

    Quelques minutes suffisent pour obtenir un joli feu de bois qui réchauffent les doigts et les pieds. Markus prépare la poche de soupe avec pommes de terres et saumon.

     

     le repas chaud et vite en température et tout le monde apprécie ce bon repas qui nous réchauffe de l'intérieur.  

     A proximité, un petit pont de bois sur la rivière Somer offre l'occasion de faire de jolies photos d'eau libre,  de glace et de neige. 

    Un très joli décor.

     

     Le soleil redescend déjà sur l'horizon et projette de grandes ombres bleutées.

     

    les derniers rayons se glissent entre les grands pins pour assurer un éclairage très doux.

     

    Quelle belle lumière !...

     

    Nous regagnons notre base à la nuit tombée.  Ce soir encore nous scruterons le ciel sans nuage, sous une voûte étoilée, mais aucune aurore boréale n'apportera la lumière céleste.

    JOUR 3  Lacs de Lounaja et Iso-Valkainen

    Ce matin, après le petit déjeuné nous choisissons nos duvets "hiver -5°" pour dormir ce soir dans une autre cabane sans eau , sans électricité, sans wifi.... Nous libérons nos chambres et préparons le sac de rechanges qui sera amené par voiture ou scooter des neige et déposé dans la cabane. 

     

    Markus vérifie  l’itinéraire car ce matin on part directement en raquette en longeant le bord du lac Jatkonjärvi. Le ciel est devenu blanc, annonçant le changement de temps prévu par la météo.  

     

     A l'extrémité du lac, il faut suivre la lit de la rivière qui nous mène au lac de Lounaja.

      

    Au bord du lac, une petite cabane à coté de la place à feu abrite le stock de bois et un panneau rappelle les consignes et conseils.

     

    Nous arrivons sur un nouveau lac, le Pitka-Hoilua, tout en longueur. Nous traversons sa partie sud pour rejoindre une petite arête qui sépare ce lac de celui de Ala-Valkeainen. 

     

     Il nous faut descendre de cette arête pour rejoindre la cabane Autiotupa-Ala-Valkeainen.

     

     Des petits bancs en bois entourent la place à feu et nous recommençons le rituel avec cette fois au menu une goulash complétée par quelques saucisses. 

     c'est sous un ciel gris que nous gagnons ensuite le petit lac de Keski-Valkeainen puis, le lac Iso- Valkeainen, pratiquement circulaire.  La rive ouest est bordée de marécages, et seul les plumeaux des roseaux dépassent de la neige, agités par une légère brise.

     

     Alors que notre cabane est en vue, Markus nous fait stopper sur une petite presqu'île où s'alignent quelques pins. Nous nous couchons dans la neige et fermons les yeux. Un impressionnant silence nous enveloppe, juste le très léger bruit du vent dans les arbres. Ce silence que l'on ne peut entendre quand on marche en raquette dans une neige "croustillante". Petit moment de sérénité.

     

     

     Au nord du lac d'Iso-Valkeainen, nous atteignons nos deux cabanes en bois nommées Peurapirtti et Hirvastupa. Elles sont éloignées de 100m et nos sacs de couchages,  valises, caisse de nourriture et bidons d'eau claire sont arrivées. Première activité, allumer le poêle et remplir les bouilloires.  La température devient rapidement très agréable et nous passons à la préparation des couchages avant que la nuit nous oblige à allumer lampes frontales et bougies. Un peu à l'écart des cabanes,  des toilettes sèches très propres.

    Dans la pièce d'à côté, le sauna est chauffé à point, et comme il n'est pas très grand, nous nous y succédons par petits groupes, avant d'y ranger nos raquettes.

     Tout le monde se retrouve dans la première cabane pour un dîner convivial qui se poursuit quelque temps dans la pénombre par des discussions internationales.

    Nos féminines rejoignent leur cabane à la lampe frontale, mais ce soir, pas de ciel étoilé, une nuit complètement noire.

     

    JOUR 4  De Peurapirtti à Huosiusjärvi

     

     Dans nos sacs de couchage, personne n'a eu froid, bien au contraire. Du givre a dessiné de belles formes sur les fenêtre. La température n'est pas descendue en dessous de -10°C, mais le vent souffle sur le lac. Près du ponton, la glace bleue prend des airs de banquise.   

      

     Pendant la nuit, le vent a formé quelques congères le long du chemin entre les deux cabanes. Les raquettes sont sorties du sauna et rangées comme pour un départ des 24 h du Mans. Le stock de bois dans les cabanes et sauna sont reconstitués. Nous quittons nos cabanes à travers d'une belle forêt de pins.  Markus nous montre un pin au tronc noirci. Les deux risques sont la foudre et aussi les risque de propagation par le réseau de racines lors de feu de camp sauvages. Les racines peuvent se consumer lentement pendant plusieurs mois. C'est pour cela qu'il faut utiliser les places à feu.

     

     Une petite colline à franchir et l'on arrive sur le lac de Umpi-Valkeainen. Une belle neige poudreuse où l'on progresse rapidement entre les pins. 

     

    Sur les bord du lacs, cette petite cabane abrite un stock de bois. Dans le ciel, le bleu regagne progressivement du terrain. 

     

     Avec les rayons du soleil et les ombres, nous distinguons mieux le relief de la petite arête qui longe le lac de Saari-Hoilua.

    Une petite pause près du lac en compagnie d'un couple de pêcheurs pour se réchauffer au soleil.

       

     La pêche blanche est largement pratiquée en hiver dans toute la Scandinavie, mais la Finlande est privilégiée par le nombre de lacs gelés.  Nous traversons la passerelle en bois pour traverser la rivière Somer, qui vient du lac des peintures rupestres et traverse de nombreux lacs pour devenir la rivière Hossanjoki. 

    Des plaques de glaces festonnent les rives de la petite rivière.

     

    Panorama de cette jolie rivière qui arrive dans le lac  de Saari-Hoilua.   

     

     Le chemin remonte sur une nouvelle arête et est bien balisé avec ce rond rouge et rond bleu. Le lac de Saari Hoilua se prolonge sur notre droite.

     

     Arrivé à Hokakoski, nous arrivons à un pont précédé par un périlleux escalier couvert de glace. Nous retrouvons la rivière Somer qui s'écoule vers le lac Syvä Hoilua. Markus nous montre une branche de thé du Labrador qui pousse dans les terrains humides. Cette plante parfumée est utilisée en tisane dans les régions arctiques. 

      

    En bout du pont, la cabane ouverte est un endroit parfait pour prendre notre picnic sous le regard vide d'un brochet. Markus nous explique comment utiliser la hache à disposition dans la cabane pour ne pas risquer de se blesser, ce qui peut être catastrophique en milieu arctique. 

     

    Pendant ce temps, le feu est prêt pour chauffer le grand faitout de nourriture. Les traditionnelles saucisses complètent ce repas.

     

    Le soleil est déjà bien redescendu sur l'horizon quand nous quittons le lieux.

     

    Nous longeons sur la hauteur le lac de Syvä Hoilua et profitons ainsi des derniers rayons solaires et de cette belle lumière. 

     

    Une nouvelle passerelle  pour traverser une nouvelle fois la rivière qui s'école maintenant entre le lac Huosiusjärvi et le lac Kenttajärvi.    

     

    Nous sommes maintenant le long du lac Huosiusjärvi. De beaux pins sibériens dressent leur fines silhouettes, ambassadeurs de la forêt boréale.  

     

    La lumière crépusculaire envahi le lac, alors que les cirrus sont encore illuminés par le soleil.  Il fait presque nuit quand nous franchissons la rivière Litoski  pour rejoindre nos cabanes en rondins dénommées Likoski et Huosiusjärvi. 

     

     

    Cabanes rustiques mais confortables. Le bois s'enflamme vite dans le poêle et réchauffe l'atmosphère et rapidement, dans une cabane à côté, c'est le sauna qui monte en température.  Dans la lumière des frontales, les premiers flocons virevoltent dans la nuit.  Ce soir le dîner est chez les "filles" dans Huosiusjärvi, la plus spacieuse des cabanes.  Repas à la bougie autour de la grande table. Ici, on se rapproche de la civilisation,  on cuisine au gaz. 

    Les discussions se poursuivent un bon moment, et les "gars" regagnent leur cabane Likoski sous la neige qui tombe de plus en plus fort.

     

    JOUR 5  De Huosiusjärvi à Jatkonjärvi

    Ce matin, il neige encore quand nous nous rejoignons pour le petit déjeuner. 

     

    L'étape de la journée étant courte, nous nous attardons un peu après le breakfast.

      

     

    Devant la fenêtre,  quelques oiseaux bravent la neige.

     

     

     

    Sur le lac, à l'embouchure de la rivière Likoski (petits rapides) , la couche de glace et faible, et il ne faut pas s'y aventurer. nous longeons le lac Huosilampi, entouré de collines couvertes de pins

     

     

    Quelques panneaux informent le randonneur de la vie dans les forêts lapones. Quelques personnes randonnent à ski de fond avec des huskis qui semblent apprécier la neige fraîche.

     

     

    Sur la rive opposée, une vaste cabane "ouverte" offre un  abri au randonneur ou aux pécheurs en cas de mauvais temps. Celui ci vient nous montrer une belle prise de sa pèche blanche; une belle truite.

     

     

    quelques centaines de mètre plus loin, nous atteignons le Hossan Luontokeskus, lecentre touristique du parc de Hossa. Un bâtiment moderne dans lequel une vidéo présente l'histoire de la région autour de Hossa, de l'époque des peintures rupestres au XXème siècle.

     

     

     

    Le bâtiment abrite aussi  un petit restaurant. Un self service bien garni et nous choisissons tous des fruits en dessert, ce qui nous a le plus manqué, et café expresso à la machine !.. Retour à la civilisation. Dans la salle, un mur est consacré à une tradition locale de petites poupées réalisées avec de matériaux divers. 

     

     

     

    Du centre, nous regagnons notre cabane de départ Jatkonjärvi. Des mushers s’entraînent et leurs traîneaux filent à vive allure.

     

     

    Après avoir profité pour une dernière fois du sauna, les véhicules nous emmènent à la ferme aux rennes alors que l'obscurité est presque totale 

     

     

    Les rennes nous regardent avec un air intrigué, mais s'approchent facilement quand nous avons un peu de nourriture dans la main. 

     

    Juste à côté le restaurant de fin de séjour arctique. Tout en bois, c'est un glouton empaillé qui nous accueille. Nous aurions préféré le voir gambader dans la neige.

     

     

    Ici aussi, repas à la bougie malgré l'éclairage électrique. Au menu, viande de renne aux baies de Laponie.

      

     

    En regagnant notre cabane et pour remplacer les aurores boréales que nous n'avons pas vues, il faut jouer avec les lumières de l'éclairage de notre véhicule. (Déjà lors de mon séjour en Suède en 2014, je n'avais pas pu les voir).

    Dans la cabane, Markus prend la guitare pour une soirée mémorable de chansons internationales. Belle ambiance dans la chaumière et pas de risque de déranger les voisins. Régine prend le relais à la guitare La soirée se prolonge jusqu'à plus d'une heure du matin. 

     

    RETOUR

     

     

    Mais comme j'ai mon avion à 7h à l'aéroport de Kuusamo (1 h de route bien enneigée), le réveil à 3h30 était un peu difficile. Avec la neige tombée depuis une journée, l'Airbus blanc est sur une piste blanche. 

      

     

    Il faut dégivrer l'avion avant le décollage.  Deux heures plus tard, nous survolons la périphérie d'Helsinki , couvert de neige.

     

     

    Nous reprenons le même avion pour Paris, mais il faut repasser par l'opération dégivrage.

     

    Peu après le décollage, nous survolons l’extrémité sud ouest de la Finlande et ses nombreuses îles.   Bye Bye Finland.

     FIN 

     

     

     

    « La Côte atlantique de Royan à La Rochelle à Vélo.Armada Rouen 2019 »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :